Le sens du papier, mais qu’est-ce donc ? (1ère partie)

sens du papierScoop, le papier a un sens ! Et oui, cette information a une grande importance car cela pourrait impacter de manière très visible votre projet : ça vaut toujours la peine de savoir de quoi on parle, à vous de voir si vous pouvez vivre avec les conséquences d’un papier à contre-sens (moi, en général, j’y arrive pas).

Le papier est composé de fibres végétales : coton, lin, chanvre, bois… Avant la Révolution industrielle (encore elle !), le papier est la plupart du temps composé de vieux chiffons, ramassés et revendus par les fameux chiffonniers, fibres qu’on mettait dans les pourrissoirs afin de les débarrasser de leur graisse et qu’on battait, lavait, mélangeait pour obtenir de la pâte à papier (en gros, hein).

On plongeait une forme (un cadre en bois muni d’un fin maillage) qui retenait les fibres de la pâte et laissait s’échapper l’eau et on mettait la feuille obtenue à sécher. Les fibres se répartissaient ainsi de façon égale dans l’épaisseur, mais elles étaient enchevêtrées, les unes dans les autres (je ne suis pas spécialiste, mais c’est à peu près ça. Je vous mets plus bas quelques références à lire pour ceux que ça intéresse).

Or, en Angleterre, au début du XIXe, M. Fourdrinier invente la production de papier machine en longs rouleaux, de façon continue. Cela permet de produire beaucoup plus, beaucoup plus vite et aussi de s’affranchir du format de la feuille, conditionné par la taille de la forme.
Mais cela n’est pas sans conséquences sur la structure interne de la pâte à papier. Sous l’effet de la vitesse de la machine, les fibres, jusqu’alors enchevêtrées de façon aléatoire, se placent dans le sens parallèle au roulement de la toile sur laquelle est placée la pâte à papier : on vient de donner un sens au papier et on appelle ça le sens du grain !

Mais ce n’est pas tout : en plus d’avoir désormais un sens, le papier est un matériau dit hygroscopique. Il a donc tendance à absorber l’humidité, comme beaucoup de ses congénères dits matériaux organiques qui peuplent les collections muséales (c’est la tech en muséo qui vous parle, là) : bois, os, plume, textile de fibres naturelles, ivoire, cuir, etc… C’est-à-dire qu’en fonction des variations d’humidité relative (et de la température, l’une n’allant pas sans l’autre) , le papier va plus ou mois absorber de l’eau et se déformer en conséquence. Mais il ne se déforme pas de façon uniforme, non. Il se déforme dans un sens plus que dans l’autre. Et ces déformations causent toutes sortes de dommages, d’autant plus importants que ces variations sont brutales . C’est une des raisons pour laquelle vous observez tant de précautions dans les musées pour contrôler l’environnement (climatisation, thermo-hygrographes présents dans les salle, …).
Dans le sens du grain (parallèlement au rouleau de la machine, donc), le papier qui reçoit de l’humidité, se déforme peu. Mais dans le contre-sens du grain, appelé sens d’allongement), le papier se déforme beaucoup !

Et nous allons voir, dans le prochain article, les conséquences concrètes que cela peut avoir (teasing, I know).

Références :
Si vous voulez en apprendre un peu sur l’histoire du papier notamment en Europe, je vous encourage à lire le fameux Papiers et moulins, paru chez Faton en 1997 (il est épuisé mas doit pouvoir se lire en bibliothèque) et le tout-récent mais très érudit Les Chiffonniers de Paris, d’Antoine Compagnon, paru à l’automne 2017 chez Gallimard. Enfin le site du Moulin du Verger est une source inépuisable d’informations et de découvertes.

Enfin, si la fabrication du papier vous intéresse et si vous êtes parmi les chanceux à habiter Montréal, je vous encourage à aller à la papeterie Saint-Armand vous offrir quelques feuilles de papier fabriqué sur le bord du Canal Lachine. Dans un sous-sol de bâtiment industriel, David Carruthers et Denise Lapointe ont installé ce lieu qui frappe l’imagination (Zola, es-tu là?), où on peut voir un artisan fabriqué le papier à la forme, les feuilles dans le séchoir et si on est chanceux, fonctionner la pile hollandaise. What else ?

Bonne lecture !

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s